Je te dédie ce billet et ça sera le dernier !

aimerTout un ensemble de mots, de phrases et de temps que je te consacre pour la première et dernière fois. Après ça, tu me manqueras encore, tu seras certainement souvent dans mes pensées mais fini, je n’en parlerai plus.

Une histoire, ça commence souvent très bien, la notre a commencé encore plus forte que bien. Plus géniale que la plage en plein hiver, plus fun que marcher sur la margelle du trottoir sans tomber, plus rigolo qu’une bataille d’oreiller où je gagne, plus cool que manger trois paquets de bonbons sans avoir mal au ventre, elle a vraiment bien démarré.

Pour tout dire, je ne m’en souviens pas extrêmement bien car j’avais beaucoup bu ce soir là… Mais en tout cas, j’étais emportée, séduite, complétement sous le charme. Quand j’y repense, les émotions s’emparent de moi, je me sens bien.

Les jours se sont écoulés et la magie a opéré. J’étais heureuse, j’étais bien. C’est beau, c’est frais, c’est excitant le nouveau, ça me plaît. Quand tout est simple, tout est rayonnant de bonheur. Un rien fait des étincelles dans les yeux, ça pétille !

Cette complicité entre toi et moi, le langage que nous nous sommes inventé, tout reste et demeure, c’est pour la vie comme on dit. Mais, parce qu’il y a toujours un « mais » pour plomber l’ambiance, tout ça n’a pas pu durer.

Quand on est passionnée, il faut renouveler sans cesse. Il faut des palpitations plus fortes que la vie elle même. Il faut que ça vibre en permanence, qu’aller acheter une baguette de pain se transforme en chasse au trésor, que boire un thé soit une aventure, que prendre un train devienne une expédition digne de ce nom. Le quotidien ne peut être banal, il faut rêver et imaginer quand on est passionnée. Il faut aimer.

Et c’est ainsi que la fatigue est apparue, le quotidien m’a attrapé, la magie s’est effacée. Mensonges et manque de créativité. La décadence m’a touché, poignardé sans que rien ne puisse se réinventer. C’est l’instant où « AIMER » à perdu son I, le moment où l’acharnement a pris le dessus.

La fin est là, froide et pénible, 2012 laissera un vide en moi.

Et oui, année 2012, tu vas me manquer, ton intensité, tes histoires et toutes tes intrigues furent intenses. Je ne me souviens plus de nos débuts car le 1er janvier, quand nous t’avons fêté, j’étais bourrée. Je ne me souviens déjà plus des premiers mois parce que tu démarres en hiver et il a fait trop froid, ça a dû congeler une partie de mon cerveau, il est resté « off ».  Je me souviens du milieu, parce qu’il était chaud, pétillant et enivrant (le principe de l’été finalement). Je me souviens de la fin mais avec sélection, je garde le positif et toutes les intentions qui me font avancer. Enfin, je te dis adieu.

Que 2013 soit remplie d’amour, de vie, de joie, de projets et d’argent (le tout avec la santé, bien entendu) ! Parce que quand on est passionnée, on rebondit plus vite que sur un trampoline, 2013 arrive avec ses nouvelles résolutions, ses nouveaux projets, cette nouvelle joie dans mon corps et dans mes yeux…

Bonne fin d’année à tous et n’oubliez pas de sourire !

trampo

Publicités

4 réflexions sur “Je te dédie ce billet et ça sera le dernier !

Laisser un super commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s